Vous êtes ici : Accueil > Randonnées > Queyras 2003 > J14 : Bivacco Beppe Barenghi - Cabane des Houerts
Publié : 8 avril 2010

J14 : Bivacco Beppe Barenghi - Cabane des Houerts

Etape de nouveau magnifique avec des tas de lacs et des vues merveilleuses. Le temps est réellement exceptionnel. 

Durée   Météo Soleil
Dénivelé +   Température 22°C
Dénivelé -   Lacs général  
Date 18/7/2003 Lacs nageables  


Réveil 6:15, tous ensemble : STF, CHR, Genova et les français. A 6:30, les français sont en marche vers leur sommet. Pendant ce temps, les italiens et nous petit-déjeunons : corn-flakes classiques donc trop légers, bien différent du Muesli consistant. Dommange. A 7:00 les italiens s’en vont. Nous quittons le bivouac à 7:45. Montons au Col de la Gypière et de là, sans sac, à la Tête de la Fréma (3151m), sans difficulté. De là, le spectacle est inoubliable dans un silence absolu ; le Brec et l’Aiguille de Chambeyron, le Mont Viso, les nuages bas de la vallée du Pô, les montagnes du Mercantour. Une vue à 360° fantastiquement dégagée ce matin.

 

Lac des 9 couleurs et Aiguille de Chambeyron
Lac Long

Redescendons au Col pour récupérer nos sacs et allons au bord du lac des 9 couleurs encore entouré de quelques névés. Le lac est glacial et nous n’y allons pas. Continuons alors vers le Lac Long, très très beau mais 5.5°C. Pas de baignade donc. Poursuivons finalement jusqu’au Refuge de Chambeyron. STF nage brièvement dans le Lac Premier à 12°C pendant que CHR fait une courte sieste. 

Ensuite, remplissage des gourdes et très belle montée sous un soleil de plomb vers le Pas de la Souvagea. Du Pas, situé dans un environnement magnifique, très belle vue sur la suite du parcours, les sommets du Vallon des Houerts, le sommet rouge notamment. La descente est très raide et les pierriers instables dans les premiers 200m de dénivelés mais impossible de se perdre vu les cairns, les marques de peinture et les couloirs créés par les glissades des randonneurs précédents.

Après la très pénible première partie, la suite est plus commode à partir de 2600m. Projetons de nous arrêter dès l’arrivée dans la forêt, au bord du torrent. Mais tous les affluents de l’Ubaye sont absolument à sec. Epuisés et les genoux malmenés par une descente très raide dans la forêt, arrivons à quelques dizaines de mètres du pont voûté et nous effondrons au bord d’un torrent enfin alimenté. Les pieds dans l’eau froide du ruisseau, deux tranches de pain, une tranche de fromage et un double spaghetti lyo italien et nous y voyons plus clair ! Vers 16:30, repartons après 2h de pause. Le soleil tape vraiment très fort. Marchons un bon km sur la route de Maljasset avant d’arriver au départ du sentier pour le Vallon des Houerts. Le chemin monte très sévèrement le long du torrent mais hereusement dans la forêt pour la première partie. Bonne montée à 10min/100m de dénivelé. Croisons quelques promeneurs à la journée. qui redescendent à leur voiture. Magnifique paysage encaissé entre deux belles montagnes. 

Après 600m de dénivelé, repérons la ruine de la Cabane des Houerts et nous arrêtons. Devant nous, à 20m, un bouquetin adulte, seul, en train de brouter. Il nous observe, se demandant ce qu’on est venu faire sur son aire ? Nous asseyons pour l’observer. Il fera 2 tours complets devant nous en passant sur les ruines de la Cabane (ouverte, toît effondré). Impressionnant ! La rivière est à 20m et nous partons à la recherche de la source que nous trouvons quelques dizaines de mètres plus haut. Glaciale mais quel goût supérieur ! 

Mettons la tente sur un bon terrain plat et herbeux. A l’ombre, la température baisse très rapidement. Mangeons un lyo italien puis promenade digestive en direction du col du lendemain. Retour à la tente, personne dans la vallée, sensation incroyable. Dodo 22:30. Splendide nuit étoilée. Cela fait une semaine tout juste que l’on n’a plus vu de taon !